tutti
Crédit : Yann Jobin - Illustration : Paul Bordeleau

Tutti ! De Lascaux au disco

Nicolas Jobin raconte d’un seul souffle 35 000 ans de musique.

Vendredi 17 mai 2019
20h00 - Concert de 90 minutes
Grand concert à chapelle du Musée de l'Amérique francophone - 2, côte de la Fabrique

Seulement 250 places disponibles.
Les portes ouvrent à 19h et nous vous conseillons d'arriver tôt pour pour vous assurer d'avoir une place!

Avec tout ce qu'il faut de talent, d’érudition et beaucoup, beaucoup d'humour, Tutti ! relève le défi audacieux de ne raconter rien de moins que 35 000 ans de musique en 90 minutes bien tassées !

Artiste multidisciplinaire, Nicolas Jobin se fait là à la fois conteur, humoriste, conférencier décalé, chanteur aux mille voix et multi-instrumentiste afin d’illustrer, de concert avec ses trois comparses, des virtuoses, quelques chapitres incontournables de l’histoire de la musique.

Des premiers instruments sculptés dans la pierre et les os jusqu’à l’émergence de l’électronique, l’histoire de la musique occidentale est retracée à un rythme effréné dans ce spectacle. Nicolas Jobin (voix et cordes), Olivier Bussières (percussion), Hélène Desjardins (claviers) et Johannes Groene (vents) y évoquent ainsi l’évolution des premiers instruments, les avancées de la musique vocale, le développement de l’harmonie, les métissages qui ont mené à la naissance du jazz et du rock, puis les changements importants qu’ont apportés, dans le monde musical, des percées technologiques telles que l’invention du phonographe et des instruments électriques.
Avec ses monologues drôles et inspirés, ses anecdotes savoureuses et son répertoire éclaté, Tutti ! De Lascaux au disco saura combler tous les mélomanes, depuis celui du dimanche – lequel y fera des découvertes stimulantes – au plus averti – qui jettera, lui, un oeil sans cesse renouvelé sur sa passion.

Organisme présentateur

Le Fonds Hubert-et-Florence-Laforge

Lieu du concert

Chapelle du Musée de l’Amérique francophone

Les archives du Séminaire de Québec indiquent que la construction de cette chapelle a été entreprise dès octobre 1888 d’après les plans de l’architecte Joseph-Ferdinand Peachy. Il a proposé, pour concevoir ce lieu, un décor architectural largement inspiré de celui de l'église de la Trinité de Paris. En 1995, le Séminaire cède la gestion de la chapelle, désacralisée en 1992, au Musée de la civilisation. Il donne alors le nom de Musée de l'Amérique française à cette dernière. C’est un lieu qui se distingue par son cachet unique et par l’ambiance qui s’en dégage. Son architecture grandiose et ses services complets en font un endroit de choix pour la tenue d'un événement de prestige.